Investir dans les systèmes de santé est le seul moyen d’arrêter la prochaine épidémie d’Ebola

Par Emma Glennon & Freya Jephcott, le 23 octobre 2019

Investir dans les systèmes de santé est le seul moyen d’arrêter la prochaine épidémie d’Ebola

Le personnel soignant de l’UNICEF dans une crèche pour enfants dont les parents sont traités pour Ebola. La mise en place d’infrastructures de santé est essentielle pour enrayer la prochaine épidémie. Epa / Hugh Kinsella Cunningham

L’épidémie d’Ebola qui sévit actuellement en République démocratique du Congo (RDC) a récemment dépassé le nombre de 3 000 infections. L’épidémie faisait rage depuis près d’un an au moment où elle avait été déclarée «urgence de santé publique de portée internationale» en juillet.
Pourquoi, après toutes les leçons apprises en RDC et plus tôt en Afrique de l’Ouest, il est encore si difficile d’empêcher qu’une petite épidémie ne devienne une urgence?
Depuis l’épidémie d’Afrique de l’Ouest, qui a coûté la vie à plus de 11 000 personnes entre 2014 et 2016, les gouvernements et les philanthropes ont investi dans des outils permettant de faire face aux épidémies de ma catégorie d’Ebola. Les autorités sanitaires ont amélioré leurs protocoles et leurs pratiques. Et dans les années qui ont suivi, les vaccins et les traitements Ebola sont devenus plus facilement disponibles pour la riposte aux épidémies.
La situation d’urgence en RDC montre que malgré tous ces changements positifs, la réponse mondiale à la maîtrise des flambées d’Ebola est compromise par le manque d’infrastructures de soins de santé et de santé publique.
La RDC possède l’une des infrastructures de santé de base les plus faibles au monde, avec seulement environ un médecin pour 10 000 habitants et entre 55% et 65% des médicaments essentiels tels que les antibiotiques et l’insuline. Les établissements de santé eux-mêmes disposent de ressources limitées pour lutter contre l’infection: 20% des établissements de santé n’ont pas de gants en latex et seulement la moitié des désinfectants.
Les capacités de santé publique sont tout aussi mal équipées pour faire face à une épidémie. En 2016, seuls trois des 517 districts de la RDC avaient un épidémiologiste de terrain qualifié. Ce personnel de première ligne est essentiel pour détecter et contenir les épidémies.
Si l’on ne développe pas la stabilité et la capacité de ces systèmes en RDC – et dans d’autres pays à risque – de nouvelles épidémies sont inévitables. Et sans investissements dans les infrastructures, nous continuerons probablement à détecter les épidémies trop tard pour pouvoir être maîtrisées facilement.
Mais cela n’a pas à se faire de cette manière. Nous pouvons prévenir de nouvelles épidémies d’Ebola de la même manière que nous avons prévenu le choléra, la peste, la rougeole et les autres maladies infectieuses qui ne persistent que sous la pauvreté et la négligence. Cela nécessite de renforcer les capacités des systèmes de santé sur le terrain.
Le temps presse
L’épidémie annoncée en RDC en août dernier avait probablement duré au moins quatre mois. Cela signifiait qu’au moment où les autorités internationales pourraient réagir, les cas étaient déjà dispersés et difficiles à suivre, et la croissance de l’épidémie était déjà hors de contrôle.
Parmi les premières dizaines de personnes infectées, qui sont tombées malades entre avril et août de l’année dernière, beaucoup ont dû présenter les symptômes classiques du virus Ebola, comme une forte fièvre, des saignements et une défaillance de plusieurs organes. Mais ces symptômes extrêmes n’ont pas été détectés ni contrôlés car la population n’avait pas accès aux services de santé de base.
Cela illustre le problème: peu de cas précoces d’Ebola en RDC ont probablement accès à un établissement doté des outils nécessaires au diagnostic précis d’une maladie rare. Et même là où il existe des établissements de santé, il est peu probable qu’ils disposent des ressources nécessaires pour protéger leurs travailleurs contre les infections ou pour assainir correctement les surfaces.
De manière tout aussi critique, une fois que la maladie a commencé à se propager, les responsables de la santé publique locaux ne sont plus en nombre suffisant pour sonner rapidement l’alarme et mettre en œuvre des interventions efficaces telles que la mise en quarantaine, l’inhumation dans un lieu sûr et l’engagement de la communauté.
L’échec dans la détection des cas précoces n’est pas un oubli unique. C’est un problème dû au système actuelle.
Une étude que nous avons publiée cet été avec des collègues de l’Université de Cambridge a suggéré que la plupart des épidémies ne sont jamais détectées ni signalées comme étant dues à Ebola. Nous avons également estimé qu’en moyenne, le premier cas d’une épidémie avait moins de 10% de chances d’être détecté. En l’absence de diagnostic, la plupart de ces cas sont probablement traités comme d’autres fièvres plus courantes, telles que le paludisme ou la typhoïde.
Un exemple de la différence que les infrastructures de base et les services de santé peuvent faire peut être trouvé de l’autre côté de la frontière ougandaise. Il est beaucoup plus capable d’empêcher les infections de se propager. Presque toutes les installations ont accès à des gants et à un désinfectant. Ils ont également un accès plus cohérent aux médicaments essentiels, aux outils de diagnostic et aux agents de santé publique formés à la lutte contre la fièvre hémorragique.
Ces ressources très basiques ont un effet dramatique. L’Ouganda est l’un des rares pays d’Afrique occidentale et centrale à avoir signalé des cas isolés d’Ebola. Et ses réponses pour contenir les cas de la RDC ont été rapides et efficaces.
Cependant, les investissements dans les infrastructures de santé restent difficiles à vendre aux décideurs.
Ce qu’il faut faire
Les attitudes changent lentement. Mais la communauté mondiale de la santé a toujours été obsédée par les interventions «verticales». Celles-ci, comme les moustiquaires et d’autres stratégies permettant de contrôler un seul problème à moindre coût, sont faciles à mesurer et économiquement efficaces.
En revanche, relever les infrastructures de santé publique de base à un niveau permettant de contrôler les épidémies peut sembler un objectif impossible et incommensurable. Néanmoins, à long terme, il sera peut-être plus abordable que le statu quo.
Les 324 millions de dollars alloués par la Banque mondiale à la lutte contre l’épidémie en RDC pourraient financer une formation et 20 ans de salaire pour des épidémiologistes spécialisés dans chaque district de la RDC. Les milliards de dollars dépensés pour lutter contre l’épidémie de 2014-2016 pourraient être apporter un changement significatif.
Les infrastructures de santé de base constituent le seul moyen de prévenir systématiquement le virus Ebola. C’est aussi important pour d’autres raisons.
La rougeole – une maladie facilement évitable par un vaccin bon marché – a tué plus de personnes en RDC cette année que le virus Ebola. Les habitants des régions touchées par le virus Ebola se demandent souvent pourquoi le virus Ebola attire tellement plus l’attention que la rougeole, les conflits ou la pauvreté.
Tout cela prend plus de vies, plus régulièrement. Tout pourrait être amélioré grâce à un soutien international plus constant, pas seulement lorsqu’une épidémie attraperait notre imagination.
Les épidémies d’Ebola ne sont pas inévitables. Pour prévenir Ebola, nous devons investir dans les systèmes de santé et pas seulement dans les réponses réactives à Ebola.
Cet article est une republication de The Conversation. Lire l’original

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

Sorry. No data so far.

Copyright © 2020 Africa Reveal - Tous droits réservés.