Football : Le championnat national de la RDC face à la pandémie de Coronavirus

Armel Langanda - Africa Reveal - 30 septembre 2020

Partager


- -


Après sept mois d’interruption des activités sportives en RDC, la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA) se décide enfin de lancer la 26è édition du championnat national (Ligue nationale de football), saison 2020-2021. Même si l’évolution est bonne actuellement selon les études de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la pandémie de Covid-19 n’a pas encore disparue totalement en Afrique.

La difficulté se trouve actuellement au niveau de la gestion de la maladie aux installations sportives. Une question se pose : Comment les organisateurs parviendront-ils à gérer cette pandémie durant les rencontres sportives ? Un atout majeur pour les organisateurs appelés à travailler en parfaite collaboration avec le comité de pilotage de Covid-19 mis en place par l’organe suprême de football congolais. 

Pour contrer ce virus mortel, l’Organisation Mondiale Santé (OMS) a édicté les gestes barrières et les mesures d’hygiène corporelle. La FECOFA qui est contraint de lancer le championnat national de la RDC, se forcera de mettre en pratique ces mesures pour éviter le pire. 

Le championnat démarre à huis clos (sans supporters dans les gradins) le vendredi 02 octobre avec le match FC Renaissance du Congo – AS Maniema Union de Kindu. La FECOFA crée et met en place un comité de pilotage fédéral ; organise une formation spéciale des référents COVID-19 et leurs agréments par le Comité de pilotage ; procède à la formation spéciale des officiels des sites et des établissements d’hébergement sur la biodiversité ; la communication régulière avec le gouvernement et le secrétariat technique de la riposte en vue de dresser un plan de sensibilisation liée aux enjeux de la COVID-19 ; la production du Guide sanitaire COVID-19/FECOFA ; la vulgarisation des directives sur la surveillance épidémiologique au sein des clubs.

Exigences de la FECOFA

 

Pour préserver la santé des athlètes ainsi que des membres des comités des clubs, la FECOFA exige la présence obligatoire dans les staffs médicaux des référents COVID-19 formés et agréés ; la présence obligatoire des thermo flashs et autres signalétiques détectant la fièvre ;  la réalisation obligatoire des tests de dépistage ; l’établissement d’un dossier médical individuel pour chaque membre de l’équipe. Chaque dossier devra comporter l’identité, les antécédents morbides et l’examen clinique. 

Le port des masques reste obligatoire avant et après les entrainements et les matches ; les entrainements doivent se passer dans un espace de préférence ouvert ; matches, au départ, à huis-clos pour les stades ; participation progressive des supporters dépistés, identifiables selon une traçabilité électronique d’achat des billets prépayés. 

S’agissant de déplacement des équipes, la FECOFA oblige l’utilisation à 50% de la capacité de bus ; l’affichage des mesures de sensibilisation affichées pour les règles d’hygiène, la désinfection des mains, la distanciation de 1m et le port obligatoire de masque. Une fois au stade, il faudra respecter les dispositions sanitaires qui y seront mises : prise de température, accès des 11 titulaires et deux officiels aux vestiaires, accès des remplaçants et des officiels aux zones réservées.

Les attentes du public

Toutes ces mesures prises doivent être appliquées à la lettre pour éviter la propagation de la maladie. Dans un environnement pollué par le virus, il faut mettre en place un mécanisme de suivi efficace capable de faire respecter toutes ces mesures. En Europe, plusieurs championnats de football ont repris normalement à huis clos. Il y en a qui ont autorisé l’assistance du public tout en respectant les gestes barrières. C’est le cas avec  le championnat français de Ligue I. 

La plupart de ces pays européens qui ont pris le risque de reprendre les championnats avec l’assistance du public, vivent actuellement le retour de la maladie. Ce qui occasionne le reconfinement total. 

En RDC, la crainte demeure. Sachant que le système sanitaire n’est pas à 100% au point, il y a lieu de se poser des questions sur l’applicabilité de ces mesures. Si le championnat national sera une occasion pour que la maladie puisse refaire surface, il serait mieux de renvoyer son démarrage à une date ultérieure.


Dans le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

Bannière AR 1