COVID-19/Vaccin : La RDC risque de perdre 1,3 million de doses dû au retard de vaccination

Afy Malungu - Africa Reveal - 27 avril 2021

Partager


La RDC compte réaffecter 1,3 million de doses du vaccin d'AstraZeneca (AZN.L) contre la COVID-19 à d’autres pays africains avant leur expiration au mois de juin
La RDC compte réaffecter 1,3 million de doses du vaccin d'AstraZeneca (AZN.L) contre la COVID-19 à d’autres pays africains avant leur expiration au mois de juin - -


La RDC compte réaffecter 1,3 million de doses du vaccin d'AstraZeneca (AZN.L) contre la COVID-19 à d’autres pays africains avant leur expiration au mois de juin, selon un représentant de l'UNICEF. Cette décision, qui reste à confirmer par les autorités sanitaires du pays, fait suite au retard connu dans la distribution du vaccin dans le pays et dû au déploiement tardif du vaccin après que plusieurs pays européens ont suspendu son utilisation suite à la découverte des effets secondaires dont des caillots sanguins rares.

Le Congo a reçu 1,7 million de doses de vaccins COVAX le 2 mars dans le cadre du dispositif COVAX et a débuté sa campagne de vaccination le 19 avril, mais n'avait administré des doses qu'à 1 265 personnes sur une population de plus de 85 millions d'habitants à la date du 24 avril, selon le l’institut national de recherche biomédicale (INRB).

Les 1,3 million de doses restantes, qui représente 75% des doses reçues, seront envoyées dans des pays comme le Ghana, le Sénégal et le Togo pour être utilisées avant leur date d'expiration au 24 juin, a déclaré Susie Villeneuve, spécialiste principale de la santé pour l'agence des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) en Afrique occidentale et centrale.

"Le processus de réattribution de ces doses à d'autres pays d'Afrique est en cours", a déclaré Mme Villeneuve lors d'une conférence sur la vaccination au Ghana. Les autorités sanitaires de la RDC n'ont pas fait de commentaire immédiat et le ministre doit encore se prononcer sur la réaffectation de ces doses à d’autres pays ou aux personnes à haut risque dans le pays.

La situation en RDC reflète les difficultés auxquelles sont confrontés de nombreux pays africains pour mettre en œuvre des campagnes de vaccination à grande échelle, malgré leur expérience de la lutte contre les maladies infectieuses mortelles.

Selon les experts, certaines autorités sanitaires ne disposent pas du personnel et de la formation suffisants pour distribuer des vaccins à brève échéance et manquent d'équipements essentiels en raison d'un manque de financement qui pourrait se chiffrer en milliards de dollars.

COVAX, qui est soutenu par l'Organisation mondiale de la santé, a pour objectif de distribuer 600 millions de doses - la plupart provenant d'AstraZeneca - à une quarantaine de pays africains cette année. Cela suffirait à vacciner 20 % de leur population.

 


Dans le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

Bannière AR 1