La fréquentation des hôpitaux chute en Afrique du fait de la COVID-19

Julien Chongwang - Scidev - 13 mai 2021

Partager


Depuis l'apparition de la COVID-19 les patients ont déserté les hôpitaux en Afrique.
Depuis l'apparition de la COVID-19 les patients ont déserté les hôpitaux en Afrique. - Crédit image: Doctors of the World UK(CC BY-NC-SA 2.0) - Crédit image: Doctors of the World UK(CC BY-NC-SA 2.0)


[DOUALA] Les établissements de santé d’Afrique ont enregistré une baisse de 23 % des consultations concernant les enfants de moins de cinq ans entre avril et septembre 2020, comparativement à la même période en 2019.

Telle est l’une des conclusions d’un rapport publié au mois d’avril 2021 par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, évaluant l’impact de la COVID-19 sur la lutte contre ces trois maladies.

L’étude qui porte sur les données de 502 établissements de santé répartis dans 32 pays d’Afrique et d’Asie, dont 24[1] en Afrique, révèle également que « selon 85 % des établissements sondés, les patients ont cessé de fréquenter les établissements de santé surtout par crainte de contracter la COVID-19 ».

“Ce que nous craignons c’est que la situation du VIH devienne pire en Afrique subsaharienne qui concentre une grande partie des nouvelles infections avec près d’un million en 2019 selon ONUSIDA et où l’accès au traitement reste encore un grand défi”

Alliou Sylla, Coalition Plus

De manière spécifique, l’on apprend que le taux de dépistage du VIH/sida a baissé de 41% en moyenne pendant cette même période. Alors que le nombre de personnes tuberculeuses orientées chez un spécialiste a chuté de 59 %.

Selon l’étude, la situation était aussi préoccupante dans les établissements africains qui, apprend-on, « ont enregistré une baisse de 29 % des orientations et une diminution de 28 % des services de diagnostic et de dépistage de la tuberculose pharmacosensible ».

Un phénomène qui aura été plus perceptible dans les sites communautaires des pays du continent où les enquêteurs ont enregistré une chute de 58 % dans le diagnostic et le dépistage de la tuberculose pharmacosensible par rapport à 2019.

A propos du diagnostic et du traitement du paludisme, les établissements sondés en Afrique ont enregistré une baisse de l’ordre de 17 % et 15% respectivement. « En outre, 21 % des établissements africains subissaient une pénurie d’antipaludéens pour les enfants de moins de cinq ans », indique le rapport.

Cet état des lieux ne surprend pas David Reddy, le directeur général de Medecines for Malaria Venture, une organisation qui lutte pour la réduction du paludisme dans les pays où cette maladie sévit de manière endémique.

Dans une interview qu’il a accordée à SciDev.Net, il affirme que « les tentatives de limiter cette pandémie mondiale par des restrictions sociétales et des confinements ont mis un terme à des prestations de services de santé et à d’autres initiatives ».

Il ajoute qu’en cherchant des moyens optimaux de gérer la COVID-19, les pays ont changé d’orientation et ont dû retirer des ressources qui étaient destinées aux maladies transmissibles et non transmissibles.

Outre la chute des diagnostics et de la fréquentation des hôpitaux relevés dans le rapport, David Reddy fait savoir que « les chaînes d’approvisionnement mondiales de médicaments et de diagnostics ont été perturbées et, plus en amont, les activités liées à la découverte de nouvelles molécules et aux essais cliniques sur de nouveaux antipaludiques ont également été retardées ».

De son côté, Alliou Sylla, directeur du bureau Afrique de Coalition Plus, une union internationale d’ONG spécialisées dans la lutte contre le sida et les hépatites virales, renchérit en disant que « dans de nombreux pays en Afrique de l’Ouest et du Centre, les mesures prises pour ralentir la propagation du virus ont rendu plus difficile l’accès aux soins de santé et à d’autres services pour les personnes atteintes du VIH/sida ».

Avec pour conséquence, précise-t-il, un suivi biologique qui devient de plus en plus difficile de même que la possibilité pour ces personnes d’aller chercher leurs médicaments ou faire des tests de dépistage. Ce qui est d’autant plus préoccupant que le dépistage est un maillon essentiel de la lutte contre cette maladie.

« Ce que nous craignons c’est que la situation du VIH devienne pire en Afrique subsaharienne qui concentre une grande partie des nouvelles infections avec près d’un million en 2019 selon ONUSIDA et où l’accès au traitement reste encore un grand défi », souligne Alliou Sylla.

Il rappelle au passage qu’en Afrique de l’Ouest et du Centre par exemple, seules 2,9 millions de personnes vivant avec le VIH ont accès à un traitement sur un total de 4,9 millions de personnes recensées par l’ONUSIDA en 2019 comme vivant avec la maladie dans la région.

Similitudes

Même son de cloche du côté de Lucica Ditiu, la directrice exécutive de Stop TB Partnership, une institution qui travaille pour un diagnostic, un traitement et des soins de haute qualité en faveur des personnes porteuses de la tuberculose à travers le monde.

Cette dernière confie à SciDev.Net que la tuberculose a payé un lourd tribut à la COVID-19 à cause des similitudes entre les deux maladies qui affectent les poumons. Ce qui fait que les centres de santé et les médecins qui se consacrent d’habitude à la tuberculose ont été réquisitionnés pour prendre en charge les patients souffrant de COVID-19.

« Du moment que la tuberculose et la COVID-19 ont les mêmes symptômes, les gens faisaient les tests de la COVID-19 et on leur disait qu’ils n’avaient pas de COVID-19 et personne ne pensait à la tuberculose. Or, avec le confinement, ils restaient à la maison sans être diagnostiqués », décrit Lucica Ditiu.

Un bulletin produit par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) confirme d’ailleurs cette description en indiquant que « en 2020, 84 pays représentant 84% de l’incidence mondiale estimée de la tuberculose en 2019 ont notifié 4,9 millions de cas, contre 6,3 millions déclarés pour 2019. » Soit une chute de 21% en un an.

« Ainsi, l’impact de la COVID-19 sur la tuberculose est dévastateur et nous sommes en train de perdre 10 à 12 ans de travail de riposte contre cette maladie au niveau mondial », regrette Lucica Ditiu.

Pour Alliou Sylla, atténuer ces impacts de la COVID 19 dépend fortement de la capacité de la société civile à maintenir son rôle et à donner la parole aux communautés les plus susceptibles d’être laissées pour compte.

A titre d’exemple, indique-t-il, « certaines de nos organisations ont mobilisé leurs agents communautaires pour organiser des campagnes de sensibilisation au niveau des quartiers, des villes et des villages, distribuer des matériels d’hygiène, expliquer la distanciation physique, etc. »

« Ailleurs, elles ont mis en place des modalités de soutien psychosocial à distance et dispensent des antirétroviraux au domicile des personnes vivant avec le VIH dans des villes ou régions sous mesure de confinement, et bien d’autres interventions », ajoute Alliou Sylla.

Mais le problème, de l’avis de Lucica Ditiu, est que les ressources pour lutter contre ces trois maladies restent très limitées en Afrique subsaharienne.

« En ce qui concerne la tuberculose par exemple, près de 90% des financements viennent du Fonds mondial et 10% des ressources locales. Mais, tout cela ne représente qu’une fraction du montant requis au total », regrette-t-elle.

This article was originally published on SciDev.Net. Read the original article.


Dans le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

Prévention à la COVID19